ACTUALITÉS

Formations, Missions

16 septembre 2019

MISSION  » Formation Semoir maïs »

 

Vendredi 14 juin : Route vers Saucat avec deux étudiants invités pour bénéficier de notre mission.  Accueil à la CUMA de Saucat et « questions-réponses sous le manguier ». Ils nous exposent leurs préoccupations actuelles, à savoir: changement climatique qui raccourcit les temps de travaux, d’où leur intérêt croissant pour la mécanisation du semis.  « Il nous faut au moins 5 personnes pour semer 1ha/jour… ».

Nous leur présentons, certes, le rendement journalier d’un semoir mécanique, mais insistons sur les changements que va engendre cette utilisation : soins à apporter au travail du sol, à la qualité de la semence, à la réalisation du semis, à la fragilité mécanique d’un semoir et au côté culturel que peut représenter le semis mono graine par rapport au semis en poquets.                                                    Le côté « travaux pratiques » de la journée se déroulera sur une parcelle en cours de labour avec comme support, deux attelages tracteur-charrue, durant le restant de la journée.                                                       Très mauvais labour malgré les apparences…

Samedi 15 juin :                                                                                                              

Départ pour le domicile d’Etienne à Bembéreké et début de la remise en état du semoir à maïs chez Etienne (courroie, chaines…). Nuit à Bembéreké où nous resterons jusqu’au 24 juin.

Accueil très chaleureux chez Etienne et son épouse.

 

 

 

 

Le puits sur la ferme d’Etienne très bientôt opérationnel

Dimanche 16 juin :  Fin de journée, visite des parcelles préparées à la déchaumeuse pour les semis de maïs et soja. Terrain très sec, ce qui nous fait douter de la faisabilité des semis (absence de pluie depuis trois semaines).                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                Lundi 17 juin : Remise en état du semoir, suite et fin, puis attelage au tracteur (MF 375) et essais. Attelage du pulvé afin d’en vérifier l’état de fonctionnement. Membrane et vanne défectueuses, fuites, jets bouchés, donc remise en état à prévoir avant utilisation.

Mardi 18 juin :   Départ pour l’exploitation d’Etienne pour essai du semoir (sans semence) sur la parcelle destinée au maïs. A notre grand étonnement et malgré la sècheresse superficielle du sol, le semis devrait pouvoir se tenter. Au préalable, un passage de la herse présente sur place nous confortera dans cette idée.                                                              Hersage obligatoire avant semis maïs

L’après midi sera donc consacrée au semis du maïs, après « martelage » des réglages et conduite du semoir à respecter, gages de la réussite du dit semis. 

On affine le réglage de la profondeur de semis du maïs…

Mercredi 19 juin :  Matin, début de la remise en état du pulvé.                                                      Après midi, suite semis maïs.   Même Abraham a tenu  à participer au semis !                                           17h00….. casse de la chandelle gauche du tracteur. Démontage de la pièce ainsi que de la roue du semoir qui fuit toujours  malgré une précédente réparation.

 

 

 

Jeudi 20 juin :  Etienne m’ayant demandé de « superviser » la réparation de la pièce du tracteur, seul Jean Claude, et Abraham, se rendront,  chez Bio Gorado (à sa demande). Son semoir est en panne, semoir mis en route par Jean Claude et moi-même lors de notre mission 2018.                            Vu l’ampleur des dégâts, il s’avèrera impossible de le remettre en route (pignon de commande cassé, éléments de semis tordus, débrayage HS, roues de plombage cassées et ressoudées de travers….).

 

 

 

 

 

Dégâts sur le semoir de Bio Gorado

 

Force est d’annuler la mission prévue chez lui.

De mon côté, à Bembéreké avec Etienne, et après une réparation « laborieuse » de la chandelle du tracteur et de la roue du semoir, nous avons pu remonter ces pièces afin de terminer le semis de maïs et procéder aux préparations et réglages pour le semis de soja du lendemain.

Elysée le secrétaire de la CUMA de Bembéreké, nous invite à son domicile pour le repas du soir, Jean-Claude et Abraham étant rentrés à 19h00. Souper chez Elysée, secrétaire de la CUMA de Bembéreké

Vendredi 21 juin :  Aide et conseils aux chauffeurs pour le changement des roulements des charrues à disques. Après midi : semis du soja. En accord avec Bertrand Valade nous décidons de ne pas inoculer le soja, vu la sècheresse du sol. Par contre nous réaliserons les essais densité.                                      Semis du soja à 40 cm d’inter rang (double passage du semoir)

Samedi 22 juin :  Suite et fin du semis de soja. C’est Etienne lui-même qui réalisera une grande partie du semis. Comme la parcelle borde une « voie » relativement passagère, nous serons l’attraction du jour ! Au moins une quinzaine de personnes s’arrêteront pour voir le travail et/ou nous demander des explications !

 Ayant encore du soja à semer après notre départ, Etienne insiste pour garder les plateaux que nous avons apportés. La prochaine mission nous les ramènera.

 

 

Satisfaction du travail terminé !

 

Lundi 24 juin : Remontage des pièces en fonte porteuses des plateaux semeurs. Présentant des fissures inquiétantes, nous les avions fait ressouder la veille afin qu’Etienne puisse finir ses semis sereinement. Attelage, essais et formation pulvé.

Remplissage du pulvérisateur réparé afin de procéder à « la formation »

 

 

 

 

Retour à Parakou en taxi. Nous quittons Bembéreké sous la pluie !

 

Mardi 25 juin :  Trajet Parakou – Cotonou avec ligne régulière (bus BAOBAB). De  nombreux propos béninois nous rappellent « qu’un tracteur d’occasion Massey Ferguson acheté au port de Cotonou coûte bien moins cher que ceux venant de France ». Donc, et afin  de nous faire notre propre opinion, nous demandons à Koffivi de nous y conduire.

Notre conclusion : heureusement que les prix sont moindre !!

Mercredi 26 juin :                                                                                                                       

 Koffivi tenant à ce que nous y représentions CUMA Bénin, nous nous rendons à Dékandji où a lieu la remise des « tricycles », râpeuses à manioc, bassines… aux adhérentes des CUMA de transformation.                                                                                                                                        

Route vers l’aéroport de Cotonou et retour en France.