Programmes en cours

15 octobre 2019

Développer la méthanisation agricole et familiale.

En partenariat avec le Fonds de dotation VALOREM et l’AAMF ( Association des Agriculteurs Méthaniseurs de France)

1- Objectifs du projet.

  • Sensibiliser et accompagner vers les bonnes pratiques agricoles et agro-écologiques.
  •  Contribuer à la gestion durable des ressources naturelles et de l’environnement au Bénin.
  • Favoriser le développement économique local par la valorisation d’une énergie verte éco-responsable.
  • Promouvoir le modèle coopératif, sensibiliser à une agriculture mécanisée, raisonnée, respectueuse de l’environnement et soutenir l’agriculture familiale.

2- Contexte

Au Bénin, comme en Afrique subsaharienne de manière générale, le bois de feu représente encore 60 à 80% des
consommations d’énergie familiale. Les inconvénients de cette énorme consommation sont connus :
déforestation, maladies respiratoires… Par ailleurs, le temps consacré à la récolte du bois est avec le temps consacré
à l’alimentation en eau dans les villages une source de sous-développement en particulier pour les femmes et les
enfants. Ces pratiques ont donc pour inconvénients, en plus des maladies sous-jacentes, de dégrader l’environnement, d’épuiser les ressources et donc d’accélérer un changement climatique déjà fortement
ressenti sur le continent.

3- Bénéficiaires du programme

Les unités de méthanisation seront mises en place dans 5 coopératives pilotes de 5 zones reparties sur le territoire béninois. Ces agriculteurs ont la particularité d’insuffler un élan au sein de la communauté. Par ailleurs, ils sont formés à la bonne gestion d’une coopérative agricole, au niveau administratif et financier, bonne gouvernance…

La technique retenue est celle développée par System Biobolsa, entreprise Mexicaine qui a standardisé le
principe du méthaniseur familial à poche souple. 7 000 unités sont aujourd’hui en fonctionnement dans différents
pays du monde : Mexique, Colombie, Inde, Kenya… Dans ce dernier pays 2 500 méthaniseurs System Biobolsa ont
été installés en deux ans dans le cadre du programme Kenya Biogas…

Ces installations d’unité de méthanisation ont pour vocation une utilisation familiale, ainsi dans les 5
communes d’actions, ce sont les familles des agriculteurs de ces coopératives qui seront directement
touchées. 5 coopératives avec une moyenne de 10 personnes adhérentes, le projet touchera 50 familles
bénéficiaires directs, et avec 10 personnes par famille, le projet atteindra 500 individus.

Or, au vu du mode de fonctionnement de la communauté basé sur l’entraide et la volonté de valoriser
le modèle coopératif, les unités ont pour ambition de répondre aux besoins collectifs. (le village). L’idée
est de permettre à l’ensemble des personnes de la communauté de déposer leurs déchets agricoles pour
alimenter le méthanisateur et de pouvoir par la suite se « servir » en biogaz. Il est donc raisonnable d’estimer l’impact, au minimum, sur 2500 à 3000 personnes indirectement.

Cibles féminines :
Cuma-Bénin a soutenu la structuration de coopératives féminines pilotes dont les activités sont axées
sur le maraîchage, la transformation du manioc, de soja… Les déchets organiques de ces coopératives
sont parfaits pour le bon fonctionnement d’une unité de biogaz.
L’objectif est de permettre aux femmes des coopératives de partager les déchets organiques de leur
coopérative et profiter du gaz distribué afin d’améliorer leurs conditions. Le besoin en énergie de ces
coopératives féminines est importante car il est indispensable à la production du produit fini. Ainsi la
mise ne place de ces unités va améliorer les conditions de vie des femmes mais aussi les conditions de
travail des coopératives.

4- Valorisation des déchets agricoles au Bénin

Le projet méthanisation s’inspire du modèle vietnamien observé par certains membres de l’association et sur
les procédés de Biobolsa du Mexique qui a réussi avec un concept adapté et éprouvé.

En partenariat avec l’Association des Agriculteurs Méthanisateurs de France (AAMF), l’ICOSI et Cuma-Bénin souhaitent adopter ce procédé peu coûteux et extensible contrairement à une solution bâtie. Il s’agit de favoriser un constructeur local (Béninois dans l’idéal ou Ouest Africain) pour la construction de ces installations. Cela permettra de favoriser l’emploi local et l’essaimage des unités par le fabricant.

Il s’agit de tester sur cinq sites des unités souples de méthanisation familiales qui peuvent permettre avec des investissements très faibles de doter les familles de méthaniseurs capables de transformer en biogaz les déchets organiques, les déjections de quelques animaux domestiques et basse-cour ainsi que les végétaux coupés dans les environs (jacinthes d’eau).

Par ailleurs, ces unités produisent du digestat qui est un engrais naturel très puissant et à grande valeur agronomique.