ACTUALITÉS

Maraîchage et transformation

3 avril 2020

Témoignages de Femmes

Madame AINAHON K. Sévérine, Présidente de la CUMA GBENONDJOU lors de la Remise des équipements aux cinq (05) CUMA de Dékandji dans la commune de Dogbo

« Je suis très contente de m’exprimer aujourd’hui devant les femmes de Dékandji. Avant d’exprimer ma joie, j’aimerais d’abord remercier les donateurs qui ont fait coller leurs étiquettes sur les équipements exposés devant nous. Mes remerciements vont également à l’animateur et au coordonnateur pour leur courage et leur patience dans l’accompagnement des femmes de Dékandji pour la mise en place de ces équipements. La joie qui m’anime et qui anime chacun des 81 membres des 5 CUMA aujourd’hui est si immense, que nous ne saurons la manifester. Je rassure les autorités ici présentes que nous allons bien utiliser ces équipements, les renouveler et en faire un moyen efficace d’amélioration de nos conditions de travail:  Plus de difficultés de transport du manioc vers la maison; Plus de difficultés de transport de tapioca de la maison vers le marché; Plus de longue attente de prestataires pour rapper le manioc. Je profite également pour rappeler à tous ici présents que nous étions 13 groupes au départ, la majorité a déserté car ne croyait pas cet aboutissement heureux.  C’est seulement 5 groupes qui ont suivi le processus jusqu’au bout, les huit (8) autres groupes sollicitent à nouveau l’accompagnement du réseau CUMA Bénin et ses partenaires pour leur prise en compte. Aussi, nous avant besoin d’un grand magasin de stockage pour nos produits pour développer le warrantage ».

 

Madame TOUSSOU Joséphine, Présidente de la CUMA MIAWA

 

 

« Je m’appelle TOSSOU Joséphine, je n’ai pas beaucoup de chose à dire, l’appui de projet tapioca avec les CUMA est: la fin de la pénibilité de transport de manioc; la fin des pourritures du manioc déterré car souvent si le prestataire donne de faux rendez-vous, le manioc se gâte; la fin des pertes de temps. Cette rentrée scolaire, je n’ai pas eu de difficultés à payer les fournitures et les frais de scolarité de mes enfants.

Je remercie l’animateur Julien qui ne cesse jamais de nous suivre dans la gestion des équipements. La seule difficulté que nous avons aujourd’hui est le fond de roulement. Si nous pouvons bénéficier des crédits à taux zéro pour les fonds de roulement aussi, je serai particulièrement heureuse

 

 

 

Madame ANATOVI Adèle, transformatrice en Cuma ayant suivi la formation Monsoja et produisant du tofu Monsoja.

Pourquoi êtes-vous organisées en Cuma? Nous sommes en Cuma pour mutualiser nos moyens et s’entraider pour alléger nos souffrances à travers notre activité quotidienne.

Pourquoi faites-vous du tofu? Nous faisons du Tofu (Fromage de soja) pour améliorer nos revenus et apporter des protéines à nos populations qui ont difficilement accès à la viande.

Que vous a apporté le projet Soja-Cuma? Grâce au projet Soja, nous avons pu obtenir des équipements à crédit à taux zéro pour la transformation. Nous travaillons aussi en groupe dans un collectif. Nous avons reçu la formation (renforcement de capacités) sur le processus de fabrication de Tofu MonSoja.

Pourquoi avez-vous adopté Monsoja? Nous avons adopté le Tofu Monsoja compte tenu de sa qualité organoleptique, le processus de fabrication est aussi un élément important de son adoption. Cela demande moins de travail par rapport à notre première manière de produire.

Qu’est-ce que vous voulez améliorer/modifier en 2020 votre activité ?«Au cours de cette année, nous avons la volonté de trouver une technique de conservation qui pourrait permettre au Tofu de se conserver pendant plusieurs jours.»

 

Qui est Adèle ANATOVI ?

Présidente de la CUMA ALOLE ALOME, Commune de Comé, âgée de 46 ans. Intervient dans la transformation du soja en Tofu. Au début elle travaillait avec les moyens du bord et transformait à peine5 kg de soja par semaine. Aujourd’hui, elle transforme à elle seule 20 kg de soja par semaine. Elle utilise les équipements de la CUMA pour améliorer les conditions de travail.